Menu
 

Oeil normal et défauts optiques

L’œil peut être comparé à un appareil photo avec un objectif: la cornée, le diaphragme : l’iris, le zoom : le cristallin, et le film : la rétine. Le cristallin permet de faire la mise au point aux différentes distances mais avec l’âge (dès 40 ans environ) le cristallin perd son élasticité et ne peut plus faire la mise au point aux distances rapprochées : c’est la presbytie. Plus tard le cristallin perd sa transparence et c’est la cataracte.

Vue de l’œil

Les défauts optiques

Myopie

L’œil myope est trop long, l’image se forme donc en arrière de la rétine. La personne est capable de voir de près mais pas de loin.

Hypermétropie

L’œil hypermétrope est trop court, l’image se forme en avant de la rétine. La personne fait un effort avec son cristallin pour voir à toutes les distances puis avec l’âge elle n’y arrive plus et a une mauvaise vision de loin et de près.

Astigmatisme

L’œil astigmate est plus long dans un axe que l’autre, la personne voit donc flou quelle que soit la distance.

Presbytie

L’œil presbyte a perdu son pouvoir accomodatif par perte d’élasticité du cristallin, il ne peut donc plus voir en distance rapprochée et ceci de façon de plus en plus marquée entre 40 et 65 ans.

Tous ces défauts optiques peuvent être corrigés en même temps que la chirurgie de la cataracte à l’aide d’implants.

La cataracte

Elle correspond à l’opacification du cristallin. Il s’agit en principe d’un processus de vieillissement et arrive avec l’âge. Certains facteurs de risque tels que le diabète, la prise de corticoïdes, la myopie forte, les traumatismes ou encore certaines affections générales peuvent favoriser l’apparition d’une cataracte.

Les principaux signes d’une cataracte sont une baisse de l’acuité visuelle sous forme d’un flou d’apparition progressive survenant à toutes les distances, avec souvent une fatigue visuelle, un éblouissement et même un dédoublement de l’image.

Le diagnostic est facilement posé lors d’un contrôle ophtalmologique simple.

Cataracte

Traitement

Le traitement est exclusivement chirurgical et se réalise en fonction de la gêne ressentie par le patient dans ses activités quotidiennes. En moyenne, l’opération se réalise vers 70 ans mais peut survenir avant comme après. Il ne faut pas attendre trop longtemps car l’opération peut devenir risquée et plus difficile.